LE SPORT ALGERIEN DANS TOUS SES ETATS

Après plusieurs années le constat est plus qu’amer. Le système de compétition mis en place, de par sa gestion et ses pratiques, est l’antithèse de tous les préceptes qui le déterminent.

Tel qu’il est, ce « professionnalisme » à l’Algérienne, toutes disciplines confondues, est non seulement hors normes mais aussi sources de problèmes multiples.

Ce « professionnalisme » ne produit rien. Il est même bien loin de son rôle de divertisseur et de fabricant de spectacle et de performance .

Là est pourtant sa finalité, le but de sa création. . LE SPORT SPECTACLE C’EST DU BUSINESS, ni plus ni moins. IL DOIT ETRE REGULE.

Le sport Algérien, il n’est pas dans une démarche, une dynamique, à-même de lui garantir fonctionnement et pérennité.

Les clubs sont de sempiternels tonneaux des Danaides. Fonctionnant et agissant avec les subsides de l’Etat et des sponsors et non pas de ceux de ses actionnaires et des profits qu’ils doivent faire générer par leurs actions et idées.

Le professionnalisme sportif est par essence un fabricant, un exportateur de spectacle, un pourvoyeur de revenus et de fonds. Pour cela, il doit œuvrer pour valoriser son travail et ses réalisations, pour la satisfaction du public et des fans, et pour le soutien des sponsors et leur appui. Le club est une société comme toutes les autres et tout comme elles, il doit produire, progresser, faire des résultats, assurer du profit.

Il est plus que désolant de constater que le sport algérien, malgré l’argent des sponsors et de l’Etat directement ou non, est géré par des sociétés par actions hors jeu d’une bonne gouvernance.

Laisser un commentaire